Logo du ministère des affaires sociale et de la santé

Base de données publique
des médicaments

Visiter [medicaments.gouv.fr] Visiter [medicaments.gouv.fr]

Sommaire

Onglet fiche informationOnglet résumé des caractéristiques du produitOnglet notice patient
 

HYDROXYZINE BLUEFISH 25 mg, comprimé pelliculé - Résumé des caractéristiques du produit

Imprimer le document

ANSM - Mis à jour le : 04/01/2022

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

HYDROXYZINE BLUEFISH 25 mg, comprimé pelliculé

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Chlorhydrate d'hydroxyzine ........................................................................................................... 25 mg

Pour un comprimé pelliculé.

Excipient à effet notoire : chaque comprimé contient 55 mg de lactose monohydraté.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Comprimé pelliculé.

Comprimé blanc à blanc cassé, de 10,0 mm x 4,00 mm, oblong et biconvexe avec une barre de cassure sur les deux faces.

La barre de cassure permet seulement de faciliter la prise du comprimé, elle ne le divise pas en doses égales.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Traitement symptomatique de l’anxiété chez l’adulte.

Traitement symptomatique du prurit associé à l'urticaire.

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Voie orale.

Posologie

HYDROXYZINE BLUEFISH doit être pris à la dose efficace la plus faible et pendant la durée de traitement la plus courte possible.

Etant donné que le comprimé de 25 mg ne peut pas être divisé en deux demi-doses égales, d’autres dosages appropriés et d’autres formes contenant de l’hydroxyzine doivent être administrées dans le cas où une dose inférieure à 25 mg est nécessaire.

Traitement symptomatique de l’anxiété

Adulte : 10-50 mg, en 2-3 prises. Chez l’adulte de plus de 40 kg, la dose maximale quotidienne est de 100 mg par jour.

Le traitement de l’anxiété doit toujours être utilisé comme traitement adjuvant. Dans la mesure du possible, le traitement doit être initié, supervisé et arrêté par le même médecon.

Traitement symptomatique du prurit associé à l'urticaire

Adultes et adolescents (âgés de plus de 12 ans) : 25-50 mg le soir. Chez l’adulte et l’adolescent ayant un poids corporel supérieur à 40 kg, la dose maximale journalière est de 100 mg par jour.

Enfants de 5 à 12 ans : 10-25 mg le soir.

Chez l’enfant ayant un poids corporel supérieur à 40 kg, la dose maximale journalière est de 100 mg par jour.

Chez l’enfant ayant un poids corporel inférieur à 40 kg, la dose maximale journalière est de 2 mg/kg/jour.

Ajustement de la dose

La dose doit être ajustée avec la dose en accord avec la réponse au traitement du patient.

Populations particulières

Sujet âgé

Chez les personnes âgées, il est recommandé de débuter avec la moitié de la dose recommandée du fait de l’action prolongée. La dose la plus faible possible doit être sélectionnée pour le traitement des personnes âgées. La dose maximale journalière est 50 mg (voir rubrique 4.4). Le résultat et le besoin en traitement doit être évalué de façon continue.

Insuffisant rénal

La posologie doit être diminuée chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée à sévère du fait de la diminution de l’excrétion du métabolite cétirizine.

Insuffisant hépatique

La posologie doit être diminuée chez les patients présentant une insuffisance hépatique.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

· Hypersensibilité connue au principe actif, à la cétirizine, ou un autre dérivé de la pipérazine, à l'aminophylline, à l'éthylène diamine ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

· Patients souffrant de porphyrie.

· Grossesse et allaitement (voir rubrique 4.6).

· Patients présentant un allongement acquis ou congénital connu de l’intervalle QT.

· Patients présentant des facteurs de risque connus d’allongement de l’intervalle QT, incluant une pathologie cardiovasculaire connue, des troubles électrolytiques significatifs (hypokaliémie, hypomagnésémie), des antécédents familiaux de mort subite d’origine cardiaque, une bradycardie significative, et un traitement concomitant par un médicament connu pour allonger l’intervalle QT et/ou susceptible d’induire des torsades de pointes (voir rubriques 4.4 et 4.5).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Mises en garde spéciales

Effets cardiovasculaires

L’hydroxyzine est associée à un allongement de l’espace QT sur l’électrocardiogramme. Lors de la surveillance post-marketing, des cas d’allongement de l’intervalle QT et de torsade de pointes ont été rapportés chez des patients prenant de l’hydroxyzine. La plupart de ces patients présentaient d’autres facteurs de risque, des anomalies électrolytiques et la prise d’un traitement concomitant pouvant y avoir contribué (voir rubrique 4.8). L’hydroxyzine doit être utilisée à la dose efficace la plus faible et pendant la durée de traitement la plus courte possible.

Le traitement par hydroxyzine doit être interrompu en cas de survenue de signes ou de symptômes pouvant être associés à une arythmie cardiaque et les patients doivent immédiatement consulter un médecin.

Les patients devront être informés de la nécessité de déclarer rapidement tout symptôme cardiaque.

Insuffisant hépatique

La posologie doit être diminuée chez les patients présentant une insuffisance hépatique (voir rubrique 4.2).

Chez les patients avec insuffisance hépatique recevant régulièrement de l’hydroxyzine, la fonction hépatique doit être surveillée.

Insuffisant rénal

La posologie doit être diminuée chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée à sévère (voir rubrique 4.2).

Sujets âgés

L’hydroxyzine n’est pas recommandée chez les patients âgés en raison de la diminution de l’élimination de l’hydroxyzine dans cette population par comparaison à la population adulte et du risque plus élevé d’effets indésirables (par ex. effets anticholinergiques) (voir rubriques 4.2 et 4.8).

En raison de ses potentiels effets anticholinergiques, l'hydroxyzine doit être utilisée avec prudence chez les patients souffrant de glaucome, de rétention urinaire, de diminution de la motilité gastro-intestinale, de myasthénie grave, ou de démence.

L’hydroxyzine doit être administrée avec précaution chez les patients présentant un risque de convulsion.

Les jeunes enfants sont plus susceptibles de développer des effets indésirables du système nerveux central (voir rubrique 4.8). Chez l’enfant, les convulsions ont été plus fréquemment rapportées que chez l’adulte.

Des ajustements de dose peuvent être nécessaires si l’hydroxyzine est utilisée de façon concomitante avec d’autres médicaments dépresseurs du système nerveux central ou des médicaments avec des propriétés anticholinergiques (voir rubrique 4.5).

L’utilisation concomitante de l’alcool et de l’hydroxyzine doit être évitée (voir rubrique 4.5).

Le traitement doit être interrompu au moins 5 jours avant la réalisation d’un test allergique ou d’un test de provocation bronchique à la méthacholine, afin d’éviter un effet sur le résultat du test (voir rubrique 4.5).

Il peut être observé des cas de bouche sèche pour les fortes doses et les patients doivent par conséquent être informés de ce risque et observer une bonne hygiène de la bouche et des dents.

Un risque multiplié environ par trois d’effets cérébrovasculaires a été observé dans des études cliniques randomisées, versus placebo avec certains neuroleptiques atypiques chez les patients présentant une démence. Le mécanisme sous-jacent de cette augmentation de risque n’est pas connu. Une augmentation du risque avec d’autres neuroleptiques et chez d’autres populations de patients ne peut pas être exclue. Par conséquent, l’hydroxyzine doit être utilisé avec précaution chez les patients avec un facteur de risque d'accident vasculaire cérébral.

Ce médicament contient du lactose.

Les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit total en lactase ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose (maladies héréditaires rares) ne doivent pas prendre ce médicament.

Ce médicament contient du sodium.

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par comprimé de 25 mg, c’est-à-dire qu’il est essentiellement « sans sodium »

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Associations contre-indiquées

La co-administration d’hydroxyzine avec des médicaments connus pour allonger l’intervalle QT et/ou induisant des torsades de pointes comme par exemple des anti-arythmiques de classe IA (par ex. quinidine, disopyramide) et de classe III (par ex. amiodarone, sotalol), certains antihistaminiques, certains antipsychotiques (par ex. halopéridol), certains antidépresseurs (par ex. citalopram et escitalopram), certains antipaludéens (par ex. méfloquine), certains antibiotiques (par ex. érythromycine, lévofloxacine, moxifloxacine), certains antifongiques (par ex. pentamidine), certains médicaments gastro-intestinaux (par ex. prucalopride), certains anticancéreux (par ex. torémifène, vandétanib) et la méthadone, augmentent le risque d’arythmie cardiaque. Par conséquent, ces associations sont contre-indiquées (voir rubrique 4.3).

Associations déconseillées

Bétahistidine et médicaments anticholinestérases

L’hydroxyzine antagonise les effets de la bétahistidine et des anticholinestérases

Test allergologique

Le traitement doit être interrompu au moins 5 jours avant la réalisation d’un test allergique ou d’un test de provocation bronchique à la méthacholine, afin d’éviter un effet sur le résultat du test.

Inhibiteurs de la MAO

L’administration concomitante d’hydroxyzine avec les inhibiteurs de la monoamine oxydase doivent être évités.

Associations faisant l'objet de précautions d’emploi

+ Médicaments qui induisent une bradycardie et une hypokaliémie

A utiliser avec précaution lors d'utilisation de médicaments qui induisent une bradycardie et une hypokaliémie.

+ Dépresseurs du système nerveux central

Les patients doivent être informés que l'hydroxyzine peut majorer la dépression centrale ou les effets des médicaments qui ont des propriétés anticholinergiques. La posologie doit être adaptée en fonction de chaque individu.

+ Alcool

Majoration par l'alcool de l'effet de l'hydroxyzine.

+ Cimétidine

La cimétidine à la posologie de 600 mg deux fois par jour augmente de 36 % la concentration sérique d'hydroxyzine et diminue de 20 % le pic de concentration du métabolite cétirizine.

+ Substrats du CYP2D6

L'hydroxyzine est un inhibiteur du CYP2D6 (Ki = 3,9 µM ; 1,7 µg/ml) et peut, à doses élevées, provoquer des interactions médicamenteuses avec les substrats du CYP2D6 :

· bêta-bloquants (métoprolol, propafénone, timolol)

· antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (fluoxétine, fluvoxamine)

· antidépresseurs (amitriptyline, clomipramine, désipramine, duloxétine, imipramine, paroxétine, venlafaxine)

· neuroleptiques (aripiprazole, halopéridol, rispéridone, thioridazine),

· codéine, dextrométhorphane, flécaïnide, mexilétine, ondansétron, tamoxifène, tramadol.

UDP-glucuronyl transférase et cytochrome P450

Il est peu probable que l'hydroxyzine affecte la métabolisation des médicaments qui sont des substrats des cytochromes P450 2C9, 2C19 et 3A4 et des UDP-glucuronyl transférases.

Inhibiteurs du CYP3A4/5

L'hydroxyzine est métabolisée par l'alcool déshydrogénase et le CYP3A4/5 et une augmentation de la concentration sanguine en hydroxyzine peut être attendue lorsque l'hydroxyzine est co-administrée avec des médicaments connus pour être de puissants inhibiteurs de ces enzymes. Les inhibiteurs puissants du CYP3A4/5 sont notamment les suivants : télithromycine, clarithromycine, delavirdine, stiripentol, kétoconazole, voriconazole, itraconazole, posaconazole et certains inhibiteurs de la protéase du VIH, notamment atazanavir, indinavir, nelfinavir, ritonavir, saquinavir, lopinavir/ritonavir, saquinavir/ritonavir et tipranavir/ritonavir. Les inhibiteurs puissants de l'alcool déshydrogénase sont notamment le disulfirame et le métronidazole. Aucune interaction de l'hydroxyzine n'est attendue avec les substrats du CYP3A4/5.

Diurétiques thiazidiques

L'utilisation simultanée de substances actives susceptibles de provoquer des perturbations électrolytiques, comme les diurétiques thiazidiques (hypokaliémie), doit être évitée car elle augmente le risque d'arythmies malignes (voir rubrique 4.4).

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

On ne dispose pas de données fiables sur l'utilisation de l'hydroxyzine chez les femmes enceintes. L'hydroxyzine traverse la barrière placentaire, ce qui entraîne une concentration plus élevée chez le fœtus que chez la mère. Les études sur l'animal n'ont montré aucune toxicité pour la reproduction (voir rubrique 5.3). L'hydroxyzine est donc contre-indiquée pendant la grossesse.

Chez les nouveaux nés dont les mères ont été traitées par de l’hydroxyzine en fin de grossesse et/ou pendant le travail, les évènements suivants ont été observés immédiatement ou seulement quelques heures après la naissance : hypotonie, troubles moteurs, notamment troubles extrapyramidaux, mouvements cloniques, dépression du SNC, états hypoxiques néonatals ou rétention urinaire.

Allaitement

La cétirizine, le principal métabolite de l'hydroxyzine, est excrétée dans le lait maternel. Bien qu'aucune étude formelle n'ait été menée concernant l'excrétion de l'hydroxyzine dans le lait humain, des effets indésirables sérieux ont été observés chez les nouveau-nés/nourrissons allaités de femmes traitées par hydroxyzine. L'hydroxyzine est donc contre-indiquée pendant l'allaitement. L'allaitement au sein doit être arrêté si un traitement à l'hydroxyzine est nécessaire.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

L'hydroxyzine peut affecter la capacité de réaction et de concentration. Les patients doivent être informés de cette possibilité et mis en garde contre la conduite d'une voiture ou l'utilisation de machines. L'utilisation concomitante d'hydroxyzine et d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs doit être évitée car elle aggrave ces effets.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

L’effet indésirable le plus fréquent des antihistaminiques sédatifs est la dépression du SNC. Les effets varient de la légère somnolence au sommeil profond, et comprennent la lassitude, les étourdissements et l’incoordination. La stimulation paradoxale peut parfois se produire, surtout à des doses élevées et chez les enfants et les personnes âgées. Si des effets sédatifs se produisent, ils peuvent diminuer après quelques jours de traitement. Les autres effets indésirables courants comprennent l’activité anticholinergique, les réactions d’hypersensibilité, les maux de tête, les troubles psychomoteurs et les effets antimuscariniques.

Etudes cliniques

Administration de l’hydroxyzine par voir orale :

Le tableau suivant liste les effets indésirables rapportés lors des études contrôlées versus placebo, dont la fréquence était supérieure ou égale à 1% au cours du traitement par l'hydroxyzine. Les études ont inclus 735 patients qui ont reçu de l’hydroxyzine jusqu’à 50 mg par jour et 630 patients qui ont reçu le placebo.

Evénements indésirables

% de patients

Hydroxyzine (N=735)

Placebo (N=630)

Somnolence

13,74

2,70

Céphalées

1,63

1,90

Fatigue

1,36

0,63

Sécheresse buccale

1,22

0,63

Expérience après commercialisation

Le tableau ci-dessous indique les effets indésirables rapportés dans le cadre de la pharmacovigilance, par classe de systèmes d'organes et par fréquence.

Les fréquences ont été estimées en utilisant les définitions suivantes : Très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100, < 1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1 000, < 1/100) ; rare (≥ 1/10 000 à < 1/1 000) ; très rare (< 1/10 000), fréquence indéterminée (ne peut pas être estimée sur la base des données disponibles).

Affections hématologiques et du système lymphatique

Fréquence indéterminée

thrombocytopénie

Affections du système immunitaire

Rare

réactions d'hypersensibilité

Très rare

choc anaphylactique

Affections psychiatriques

Peu fréquent

agitation, confusion

Rare

désorientation, hallucinations

Fréquence indéterminée

agressivité, dépression, tics

Affections du système nerveux

Fréquent

sédation

Peu fréquent

vertiges, insomnie, tremblements

Rare

convulsions, dyskinésie

Fréquence indéterminée

dystonie, paresthésie, syncope

Affections oculaires

Rare

trouble de l'accommodation, vision trouble

Fréquence indéterminée

crise oculogyre

Affections cardiaques

Rare

arrêt cardiaque, fibrillation ventriculaire, tachycardie ventriculaire

Fréquence indéterminée

arythmies ventriculaires (par ex. torsades de pointes), allongement de l'intervalle QT (voir rubrique 4.4).

Affections vasculaires

Rare

hypotension

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Très rare

bronchospasme

Affections gastro-intestinales

Peu fréquent

nausées

Rare

constipation, vomissements

Fréquence indéterminée

diarrhée

Affections hépatobiliaires :

Rare

anomalies des tests de la fonction hépatique

Fréquence indéterminée

hépatite

Affections de la peau et du tissu sous-cutané :

Rare

prurit, érythème, rash papuleux, urticaire, dermatite

Très rare

angio-œdème, sudation, érythème pigmenté fixe, pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG), érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson

Fréquence indéterminée

dermatite bulleuse, par ex. nécrolyse épidermique toxique, pemphigoïdes

Affections du rein et des voies urinaires

Rare

rétention urinaire

Fréquence indéterminée

dysurie, énurésie

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Peu fréquent

malaise, pyrexie

Fréquence indéterminée

asthénie, œdème

Investigations

Fréquence indéterminée

Augmentation du poids.

Un traitement par neuroleptiques peut entraîner un allongement de l'intervalle QT et des arythmies cardiaques. Des cas de mort subite pouvant avoir des causes cardiaques (voir rubrique 4.4) ont été rapportés pendant un traitement par ces médicaments.

Patients pédiatriques et personnes âgées

Les enfants et les personnes âgées sont plus susceptibles de présenter des effets indésirables.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.signalement-sante.gouv.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Toxicité

L'administration de 60-100 mg d'hydroxyzine à un enfant de 2 ans n'a entraîné aucune intoxication, ni une intoxication légère ; l'administration de 300 mg d'hydroxyzine à un enfant de 2 ans a entraîné une intoxication sévère. L'administration de 1-1,5 g d'hydroxyzine à des adultes a entraîné une légère intoxication. L'administration de 1,5-2,5 g d'hydroxyzine à des adultes a entraîné une intoxication modérée.

Symptômes

Les symptômes observés après un surdosage important sont principalement associés à de puissants effets anticholinergiques, à une dépression du SNC ou à une stimulation paradoxale du SNC. Les symptômes incluent : nausées, vomissements, tachycardie, pyrexie, somnolence, troubles de l'accommodation, tremblements, confusion ou hallucinations. Ces symptômes peuvent être suivis par un état de conscience dépressif, une dépression respiratoire, des convulsions ou une hypotension, voire un coma profond et un arrêt cardio-respiratoire. Un allongement de l'intervalle QT et une arythmie sévère avec une issue fatale ont été décrits en relation avec un surdosage de neuroleptiques.

Traitement

Un traitement symptomatique et approprié est indiqué. Un lavage gastrique avec intubation endotrachéale peut être effectué si une quantité cliniquement significative du médicament a été ingérée. L'administration de charbon actif doit être envisagée, mais on ne dispose que de peu de données d'efficacité. Une surveillance des fonctions vitales (voies respiratoires, état respiratoire et circulatoire), notamment cardiaque avec un enregistrement ECG doit être mise en place et un apport adéquat en oxygène doit être disponible. La surveillance de la fréquence cardiaque et de la pression sanguine doit être poursuivie jusqu'à ce que le patient ne présente plus de symptômes pendant 24 heures.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : PSYCHOLEPTIQUES, ANXIOLYTIQUES, dérivés du diphénylméthane, Code ATC : N05BB01.

Le chlorhydrate d'hydroxyzine est un antagoniste des récepteurs H1 à action rapide, doté de puissantes propriétés antiprurigineuses et anti-allergiques. L'effet est obtenu en environ 1 heure, et persiste pendant au moins 24 heures. Le chlorhydrate d'hydroxyzine a également des propriétés sédatives, liées à son effet sur la formation réticulée. L'effet est observable après environ 15 minutes et persiste pendant environ 12 heures.

Le chlorhydrate d'hydroxyzine a également une activité anticholinergique, spasmolytique et adrénolytique. Le chlorhydrate d'hydroxyzine présente une fenêtre thérapeutique étendue et n'induit pas d'accoutumance médicamenteuse.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Absorption

Le chlorhydrate d'hydroxyzine est rapidement absorbé par le tractus gastro-intestinal. Le pic de concentration plasmatique (Cmax) est atteint environ 2 heures (tmax) après une administration orale. Après des administrations uniques de 25 et 50 mg chez l'adulte, les Cmax sont respectivement de 30 et 70 ng/ml. La vitesse et la magnitude de l'exposition au chlorhydrate d'hydroxyzine sont similaires lors de prise de comprimés ou de sirop. Après administrations répétées une fois par jour, la concentration augmente d'environ 30 %. La biodisponibilité orale du chlorhydrate d'hydroxyzine correspond à environ 80 % de celle d'une administration intramusculaire (IM).

Distribution

Le chlorhydrate d'hydroxyzine présente une large diffusion dans l'organisme et est généralement plus concentré dans les tissus que dans le plasma. Le volume apparent de distribution est de 7-16 l/kg chez l'adulte. Après administration orale, le chlorhydrate d'hydroxyzine diffuse au niveau cutané. Les concentrations d'hydroxyzine dans la peau sont plus élevées que les concentrations sériques après administration d'une dose unique et de doses répétées.

Le chlorhydrate d'hydroxyzine traverse la barrière placentaire, ce qui peut entraîner une concentration plus élevée chez le fœtus que chez la mère.

Biotransformation

Le chlorhydrate d'hydroxyzine est fortement métabolisé. La formation du principal métabolite, la cétirizine, un métabolite acide carboxylique (environ 45 % de la dose orale), est induite par l'alcool déshydrogénase. Ce métabolite a des propriétés antagonistes H1 périphériques importantes. D'autres métabolites identifiés sont un métabolite N-désalkylé et un métabolite O-désalkylé dont la demi-vie plasmatique est de 59 heures. Ces voies métaboliques sont induites principalement par le CYP3A4/5.

Élimination

La demi-vie de l'hydroxyzine est d'environ 14 heures (7-20 h) chez l'adulte. La demi-vie du principal métabolite, la cétirizine, est d'environ 10 heures chez l'adulte. Les études ont montré une clairance plasmatique (Cl/F) calculée après administration orale de 13 ml/min/kg. Seul 0,8 % de la dose est excrété inchangé dans l'urine après administration orale. La cétirizine est principalement excrétée sous forme inchangée dans l'urine (25 % de la dose orale de chlorhydrate d'hydroxyzine).

Populations particulières

Personnes âgées

La pharmacocinétique de l'hydroxyzine chez les personnes âgées a été étudiée chez 9 sujets âgés en bonne santé (69,5 ± 3,7 ans) après une administration unique de 0,7 mg/kg. La demi-vie de l'hydroxyzine augmentait à 29 heures et le volume apparent de distribution augmentait à 22,5 l/kg, ce qui explique la nécessité d'une adaptation posologique chez ce dernier (voir rubrique 4.2).

Population pédiatrique

La pharmacocinétique de l'hydroxyzine a été évaluée chez 12 enfants (6,1 ± 4,6 ans ; 22,0 ± 12,0 kg) après administration orale de 0,7 mg/kg. La clairance plasmatique orale par kg était environ 2,5 fois plus élevée que chez les adultes. La demi-vie était plus courte que chez les adultes. Elle était d'environ 4 heures chez les nourrissons de 1 an, et de 11 heures chez les adolescents de 14 ans ; elle augmente avec l'âge. De ce fait, une adaptation posologique est nécessaire chez l'enfant (voir rubrique 4.2).

Insuffisance hépatique

Chez l’insuffisant hépatique secondaire à une cirrhose biliaire primitive, la clairance plasmatique (Cl/F) équivaut à environ 66 % de celle des sujets normaux. La demi-vie augmente à 37 heures et la concentration sérique du métabolite acide carboxylique, la cétirizine, est plus élevée que chez les sujets jeunes avec fonction hépatique normale.

Insuffisance rénale

La pharmacocinétique de l'hydroxyzine a été étudiée chez 8 patients avec une insuffisance rénale grave (clairance de la créatinine : 24 ± 7 ml/min). L'exposition (ASC) au chlorhydrate d'hydroxyzine n'était pas significativement modifiée, mais celle du métabolite acide carboxylique, la cétirizine, était multipliée environ par 5.

Ce métabolite n'était pas éliminé efficacement par dialyse. Afin d'éviter une accumulation significative de cétirizine après des administrations répétées de chlorhydrate d'hydroxyzine, une adaptation posologique de l'hydroxyzine est donc nécessaire en cas d'insuffisance rénale (voir rubrique 4.2).

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de toxicologie en administration répétée et de génotoxicité n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme. Aucune étude animale de cancérogénicité n'a été réalisée avec l'hydroxyzine.

Chez le rat et le lapin, on a observé des malformations fœtales et des avortements fœtaux avec des doses d'hydroxyzine de 50 mg/kg.

Dans des fibres de Purkinje canines isolées, l'hydroxyzine à la concentration de 3 µM augmentait la durée du potentiel d'action, ce qui suggère l'existence d'une interaction avec les canaux potassiques impliqués dans la phase de repolarisation. À la concentration plus élevée de 30 µM, on observait une diminution marquée de la durée du potentiel d'action, ce qui suggère une interaction possible avec les flux de calcium et/ou de sodium. L'hydroxyzine provoquait une inhibition du flux de potassium (IKr) dans les canaux exprimés par le hERG dans les cellules de mammifères, avec une CI50 de 0,62 µM, une concentration 10 à 60 fois supérieure aux concentrations thérapeutiques. Cependant, les concentrations d'hydroxyzine nécessaires pour produire des effets sur l'électrophysiologie cardiaque sont 10 à 100 fois plus élevées que celles requises pour bloquer les récepteurs H1 et 5-HT2. Chez les chiens conscients non attachés, monitorés par télémétrie, l'hydroxyzine et ses énantiomères entraînaient des profils cardiovasculaires similaires, malgré quelques différences mineures. Dans la première étude de télémétrie sur les chiens, l'hydroxyzine (21 mg/kg par voie orale) augmentait légèrement la fréquence cardiaque et raccourcissait les intervalles PR et QT. On n'observait aucun effet sur les intervalles QRS et QTc ; aux doses thérapeutiques normales, ces légères modifications ont donc peu de chances d'être cliniquement significatives.

Des effets similaires sur la fréquence cardiaque et l'intervalle PR ont été observés dans une deuxième étude de télémétrie sur des chiens ; cette étude a confirmé l'absence d'effets de l'hydroxyzine sur l'intervalle QTc jusqu'à une dose orale unique de 36 mg/kg.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Cellulose microcristalline, lactose monohydraté, croscarmellose sodique, silice colloïdale anhydre, talc, stéarate de magnésium.

Pelliculage : Hypromellose 5cPs, macrogol 400, dioxyde de titane (E171).

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

5 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Plaquette (PVC/PVDC/Aluminium) : Ce médicament ne nécessite pas de conditions particulières de conservation.

Flacon (PEHD) : Ce médicament ne nécessite pas de conditions particulières de conservation. Conserver le flacon bien fermé pour le protéger de l’humidité.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

Plaquette (PVC/PVDC/Aluminium) contenant 20, 25, 28, 30, 50, 60, 100 et 250 comprimés.

Flacon (PEHD) avec bouchon sécurité enfant en polypropylène avec revêtement et un dessicant en gel de silice contenant 20, 25, 28, 30, 50, 60 et100 comprimés.

Flacon (PEHD) avec bouchon en polypropylène avec revêtement et un dessicant en gel de silice contenant 250 comprimés. Cette présentation est réservée pour le déconditionnement (réservé à l’hôpital)

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

BLUEFISH PHARMACEUTICALS AB

P.O. BOX 49013

100 28 STOCKHOLM

SUEDE

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

· 34009 302 025 8 6 : 30 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC/Aluminium).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste I.

La durée de prescription de ce médicament ne peut dépasser 12 semaines.


Retour en haut de la page Retour en haut de la page

 
Plan du site |  Accessibilité |  Contact |  Téléchargement |  Service-Public.fr |  Legifrance |  Gouvernement.fr