Logo du ministère des affaires sociale et de la santé

Base de données publique
des médicaments

Visiter [medicaments.gouv.fr] Visiter [medicaments.gouv.fr]

Sommaire

Onglet fiche informationOnglet résumé des caractéristiques du produitOnglet notice patient
 

MUPHORAN, poudre et solution pour usage parentéral à diluer (perfusion) - Résumé des caractéristiques du produit

Imprimer le document

ANSM - Mis à jour le : 17/07/2019

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

MUPHORAN, poudre et solution pour usage parentéral à diluer (perfusion).

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Fotémustine..................................................................................................................... 208,00 mg

Pour un flacon.

La solution reconstituée représente un volume de 4,16 ml, soit 200 mg de fotémustine dans 4 ml de solution.

Excipient à effet notoire : ce médicament contient 80 % de volume d’éthanol (alcool), c’est-à-dire 1,3 g d'alcool pour 100 mg de fotémustine.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Poudre et solution pour usage parentéral à diluer (perfusion).

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Mélanome malin disséminé (y compris dans les localisations cérébrales).

Tumeurs cérébrales malignes primitives.

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

· En monochimiothérapie, le traitement comprend :

o un traitement d’attaque : 3 administrations consécutives à une semaine d’intervalle, suivie d’un repos thérapeutique de 4 à 5 semaines ;

o un traitement d’entretien : une administration toutes les 3 semaines.

La posologie habituelle est de 100 mg/m2.

· En polychimiothérapie, la 3ème administration du traitement d’attaque est supprimée. La dose reste de 100 mg/m2.

Association avec la dacarbazine

De rares cas de toxicité pulmonaire (syndrome de détresse respiratoire aigüe de l’adulte) ont été observés lorsque la fotémustine a été associée simultanément, le même jour, à des doses élevées de dacarbazine.

L’administration simultanée doit être évitée (voir rubrique 4.5).

L’association doit être faite selon le schéma recommandé suivant :

Traitement d’attaque :

· fotémustine 100 mg/m2/jour aux jours 1 et 8,

· dacarbazine 250 mg/m2/jour aux jours 15, 16, 17 et 18.

Cinq semaines de repos thérapeutique, puis :

Traitement d’entretien : toutes les 3 semaines.

· fotémustine 100 mg/m2/jour au jour 1,

· dacarbazine 250 mg/m2/jour aux jours 2, 3, 4 et 5.

Mode d’administration

Préparer la solution extemporanément.

Dissoudre le contenu du flacon de MUPHORAN avec l’ampoule de 4 ml de soluté alcoolique stérile puis après calcul de la dose à injecter, diluer la solution dans du soluté glucosé isotonique à 5 % pour l’administration en perfusion intraveineuse.

La solution ainsi préparée doit être utilisée à l’abri de la lumière : par voie intraveineuse en perfusion d’une durée d’une heure.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

· Grossesse, allaitement,

· Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1,

· En association avec le vaccin antiamarile (fièvre jaune) (voir rubrique 4.5).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Mises en garde spéciales

Eviter tout contact cutané, muqueux et toute absorption de la solution reconstituée. Le port d’un masque et de gants de protection est conseillé lors de la préparation de la solution. En cas de projection, laver abondamment à l’eau.

Le matériel contaminé doit être éliminé dans des conditions de sécurité.

Population pédiatrique

L’utilisation de MUPHORAN n’est pas recommandée chez les enfants et les adolescents, le rapport bénéfice/risque n’ayant pas été établi dans cette population.

Sujets âgés :

La toxicité de la fotémustine a été comparée chez des patients de plus de 60 ans et de moins de 60 ans. La survenue de thrombopénie (grade III), leucopénie (grade III) et toxicité gastro-intestinale (grade III) était significativement plus fréquente chez les patients de plus de 60 ans.

Ce médicament est déconseillé avec les vaccins vivants atténués, la phénytoïne et la fosphénytoïne (voir rubrique 4.5.).

Des cas de leucémies aiguës et de dysplasies de la moelle osseuse ont été rapportés chez les patients traités par nitrosourées.

Précautions d’emploi

Il est conseillé de ne pas administrer le produit aux personnes ayant reçu une chimiothérapie depuis moins de 4 semaines (ou 6 semaines en cas de traitement antérieur par nitrosourée).

L’administration de MUPHORAN ne peut être envisagée que lorsque le nombre de plaquettes et/ou de granulocytes est acceptable, respectivement 100 000/mm3 et 2 000/mm3.

Les numérations des formules sanguines seront effectuées avant chaque nouvelle administration et les doses ajustées en fonction du statut hématologique. Le schéma suivant pourra servir de guide.

Plaquettes

(/mm3)

Granulocytes

(/mm3)

Pourcentage de la

dose à administrer

> 100 000

> 2 000

100 %

100 000³ N>80 000

2 000³ N>1 500

75 %

1 500³ N>1 000

50 %

N£ 80 000

£ 1 000

Report du traitement

Un délai de 8 semaines entre le début du traitement d’attaque et le début du traitement d’entretien est recommandé. Entre deux cycles d’entretien, un délai de 3 semaines est préconisé.

Le traitement d’entretien ne peut être envisagé que lorsque le nombre de plaquettes et/ou de granulocytes est acceptable, respectivement 100 000/mm3 et 2 000/mm3.

Il est conseillé de pratiquer un contrôle des paramètres biologiques hépatiques au cours ou au décours du traitement d’attaque.

Ce médicament contient 80 % de volume d’éthanol (alcool), c’est-à-dire 1,3 g d’alcool pour 100 mg de fotémustine, ce qui équivaut à 32 ml de bière et à 13,3 ml de vin. L’utilisation de ce médicament est dangereuse chez les sujets alcooliques et doit être prise en compte chez les groupes à haut risque tels que les insuffisants hépatiques ou les épileptiques.

Avant de démarrer la perfusion de MUPHORAN, vérifier que le dispositif de perfusion intraveineux est correctement placé dans la veine afin d’éviter toute extravasation. En cas d’extravasation, arrêter la perfusion, aspirer le volume extravasé dans la mesure du possible et immobiliser le membre en position élevé.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Aucune étude d’interaction n’a été réalisée.

INTERACTIONS COMMUNES A TOUS LES CYTOTOXIQUES

En raison de l’augmentation du risque thrombotique lors des affections tumorales, le recours à un traitement anticoagulant est fréquent. La grande variabilité de la coagulabilité au cours de ces affections, à laquelle s’ajoute l’éventualité d’une interaction entre les anticoagulants oraux et la chimiothérapie anticancéreuse, imposent, s’il est décidé de traiter le patient par anticoagulants oraux, d’augmenter la fréquence des contrôles de l’INR.

Associations contre-indiquées (voir rubrique 4.3)

· Vaccin antiamarile (fièvre jaune)

Risque de maladie vaccinale généralisée mortelle.

Associations déconseillées (voir rubrique 4.4)

· Phénytoïne (et, par extrapolation, fosphénytoïne)

Risque de survenue de convulsions par diminution de l’absorption digestive de la seule phénytoïne par le cytotoxique, ou bien risque de majoration de la toxicité ou de perte d’efficacité du cytotoxique par augmentation de son métabolisme hépatique par la phénytoïne ou la fosphénytoïne.

· Vaccins vivants atténués sauf antiamarile

Risque de maladie vaccinale généralisée éventuellement mortelle. Ce risque est majoré chez les sujets déjà immunodéprimés par la maladie sous-jacente.

Utiliser un vaccin inactivé lorsqu’il existe (poliomyélite).

Associations à prendre en compte

· Immunosuppresseurs

Immunodépression excessive avec risque de syndrome lymphoprolifératif.

INTERACTIONS SPÉCIFIQUES A LA FOTÉMUSTINE

Associations faisant l’objet de précautions d’emploi

· Dacarbazine

Avec la dacarbazine à doses élevées : risque de toxicité pulmonaire (syndrome de détresse respiratoire aiguë de l’adulte).

Ne pas utiliser simultanément mais respecter un délai d’une semaine entre la dernière administration de fotémustine et le premier jour de la cure de dacarbazine (voir rubrique 4.2).

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Il n’existe pas de données, ou des données limitées, concernant l’utilisation de MUPHORAN chez les femmes enceintes. Les études effectuées chez l’animal sont insuffisantes pour permettre de conclure sur la toxicité sur la reproduction (voir rubrique 5.3).

MUPHORAN est contre-indiqué pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer n’utilisant pas de contraceptif (voir rubrique 4.3).

MUPHORAN doit être administré en association avec une contraception efficace chez les femmes en âge de procréer. Les hommes devront être informés des mesures contraceptives adéquates à utiliser.


Allaitement

L’excrétion de la fotémustine ou de ses métabolites dans le lait maternel n’est pas connue.

Un risque chez le nouveau-né/nourrisson ne peut être exclu.

MUPHORAN est contre-indiqué durant l’allaitement (voir rubrique 4.3).

Fertilité

Des études de toxicité de doses répétées de fotémustine chez l’animal ont montré que la fertilité était affectée chez les mâles (voir rubrique 5.3).

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Aucune étude concernant les effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’a été menée. Cependant, il n’est pas recommandé de conduire immédiatement après une administration de MUPHORAN.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Résumé du profil de sécurité

Au cours des essais cliniques, les principaux effets indésirables ont été d’ordre hématologique, pouvant toucher les 3 lignées. Cette toxicité est retardée et caractérisée par une anémie (14%) ainsi que par une thrombopénie (40,3%) et par une leucopénie (46,3%) dont le nadir survient respectivement 4 à 5 semaines et 5 à 6 semaines après la première administration au cours du traitement d’attaque. Des pancytopénies peuvent survenir.

L’hématotoxicité et la toxicité gastro-intestinale sont plus sévères chez les sujets de plus de 60 ans.

Tableau des effets indésirables

Les effets indésirables rapportés sont listés ci-dessous par classe de système d’organe et par fréquence : très fréquent (>1/10) ; fréquent (>1/100, <1/10) ; peu fréquent (>1/1000, <1/100) ; rare (>1/10 000, <1/1000) ; très rare (<1/10 000) ; inconnu (ne peut être estimé d’après les données disponibles).

MedDRA

Système-organe

Fréquence

Effets indésirables

Affections hématologiques et du système lymphatique

Très fréquent

Thrombopénie

Leucopénie (grade 3-4)

Anémie (grade 3-4)

Affections du système nerveux

Peu fréquent

Troubles neurologiques transitoires et sans séquelle (troubles de la conscience, paresthésies, agueusie)

Affections gastro-intestinales

Très fréquent

Nausées

Vomissements modérés dans les 2 heures qui suivent l’injection

Fréquent

Diarrhées

Douleurs abdominales

Affections hépatobiliaires

Très fréquent

Elévations modérées, transitoires et réversibles des transaminases

Elévations modérées, transitoires et réversibles des phosphatases alcalines

Elévations modérées, transitoires et réversibles de la bilirubine.

Inconnu

Hépatite cytolytique, cholestatique ou mixte

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent

Prurit

Affections du rein et des voies urinaires

Peu fréquent

Elévation transitoire de l’urée

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquent

Episode fébrile

Phlébite (tuméfaction, douleur, rougeur de la veine) au point d'injection en cas d'extravasation (voir rubrique 4.4)

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

De rares cas de toxicité pulmonaire (syndrome de détresse respiratoire aiguë de l'adulte) ont été observés en association avec la dacarbazine (voir rubrique 4.5). Une toxicité pulmonaire à type de pneumopathie interstitielle a également été rapportée avec la fotémustine.

Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (incluant kystes et polypes)

Les agents antinéoplasiques et particulièrement les agents alkylants ont été associés à un risque potentiel de syndrome myélodysplasique et de leucémie myéloïde aiguë. A doses cumulées élevées, de rares cas ont été rapportés avec MUPHORAN, en association ou non avec d’autres chimiothérapies, avec ou sans radiothérapie.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.signalement-sante.gouv.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Surveillance hématologique accrue. Il n’y a pas d’antidote connu.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Agents anti-néoplasique, agents alkylants, nitrosourées, code ATC : L01AD05

La fotémustine est un agent anti-cancéreux cytostatique de la famille des nitrosourées, à effet alkylant et carbamylant, à spectre d’activité anti-tumorale expérimentale large.

Sa formule chimique comporte un bioisostère de l’alanine (acide amino-1-éthylphosphonique) qui facilite la pénétration cellulaire et le franchissement de la barrière hématoencéphalique.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Chez l’homme, après perfusion intraveineuse, la cinétique d’élimination plasmatique est mono ou bi-exponentielle avec une demi-vie terminale courte.

La molécule est pratiquement totalement métabolisée.

La fixation aux protéines plasmatiques est faible (25 à 30 %). La fotémustine franchit la barrière hémato-meningée.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Il n’y a pas d’études menées sur la reproduction avec la fotémustine. Les autres molécules de la classe des nitrosourées se sont avérées être tératogènes et embryotoxiques lors d’études chez l’animal.

Des études de toxicité de doses répétées de fotémustine chez le rat et le chien ont montré que la fertilité était affectée chez les mâles (azoospermie et atrophie testiculaire chez le rat).

La fotémustine présente un caractère mutagène (tests de mutation sur Salmonella typhimurium et E. coli), ainsi qu’un caractère clastogène (test du micronucleus chez la souris, test in vitro sur lymphocyte humain).

La fotémustine présente in vitro un effet transformant et initiateur sur deux lignées étudiées (tests sur cellules embryonnaires de hamster syrien et sur cellules BALB/3T3). La fotémustine possède un potentiel cancérogène lié à son potentiel génotoxique et se comporte comme un initiateur.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Solvant : éthanol à 80 % v/v (soit éthanol à 96 % v/v et eau pour préparations injectables).

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

2 ans à l’abri de la lumière.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

A conserver au réfrigérateur entre + 2° C et + 8° C.

La solution reconstituée doit être utilisée immédiatement.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur  Retour en haut de la page

Flacon en verre brun et ampoule de solvant en verre (4 ml).

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

LES LABORATOIRES SERVIER

50 RUE CARNOT

92284 SURESNES CEDEX

FRANCE

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

· CIP : 331 870-2 ou 34009 331 870 2 6: 208 mg de poudre en flacon (verre brun) + 4 ml de solvant en ampoule (verre).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION  Retour en haut de la page

Date de première autorisation:14 avril 1989

Date de dernier renouvellement:14 avril 2009

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

{JJ mois AAAA}

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste I.

Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie ou aux médecins compétents en cancérologie.

Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.


Retour en haut de la page Retour en haut de la page

 
Plan du site |  Accessibilité |  Contact |  Téléchargement |  Service-Public.fr |  Legifrance |  Gouvernement.fr