Logo du ministère des affaires sociale et de la santé

Base de données publique
des médicaments

Visiter [medicaments.gouv.fr] Visiter [medicaments.gouv.fr]

Sommaire

Onglet fiche informationOnglet résumé des caractéristiques du produitOnglet notice patient
 

AMPICILLINE PANPHARMA 500 mg, poudre et solution pour préparation injectable - Résumé des caractéristiques du produit

Imprimer le document

ANSM - Mis à jour le : 16/11/2018

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

AMPICILLINE PANPHARMA 500 mg, poudre et solution pour préparation injectable

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Ampicilline sodique, quantité correspondant à ..................................................................... 500 mg

D'ampicilline

Pour 1 flacon.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Poudre et solution pour préparation injectable.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Elles procèdent de l'activité antibactérienne et des caractéristiques pharmacocinétiques de l'ampicilline. Elles tiennent compte à la fois des études cliniques auxquelles a donné lieu le médicament et de sa place dans l'éventail des produits antibactériens actuellement disponibles.

Elles sont limitées aux infections dues aux germes définis ci-dessous (cf rubrique 5.1) comme sensibles, notamment dans leurs manifestations:

· respiratoires

· O.R.L. et stomatologiques

· rénales et uro-génitales

· gynécologiques

· digestives et biliaires

· méningées

· septicémiques et endocarditiques

Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

Adultes:

Voie I.M.: 2 g/jour

Voie I.V.: 2 à 12 g/jour

Enfants et Nourrissons:

Voie I.M.: 50 mg/kg/jour

Voie I.V.: 100 à 300 mg/kg/jour

Nouveau-nés

Voie I.V.: 100 à 300 mg/kg/jour

Chez l'insuffisant rénal

Clairance à la créatinine

Schéma posologique

· entre 30 et 60 ml/min

2 à 4 g/jour

Posologie maximale 4 g/jour en 2 injections.

· entre 10 et 30 ml/min

1 g puis 500 mg toutes les 12 heures

· inférieure à 10 ml/min

1 g puis 500 mg toutes les 24 heures

Dans les infections sévères, cette posologie peut être insuffisante. Il est conseillé de procéder à un contrôle des taux sériques, et éventuellement méningés, du principe actif.

Mode d’administration

Voie intraveineuse.

Voie intramusculaire.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

· Hypersensibilité à la substance active, aux pénicillines ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1

· Antécédents de réaction d’hypersensibilité immédiate sévère (par ex. anaphylaxie) à une autre bêta-lactamine (par ex. céphalosporine, carbapénème ou monobactame).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Réactions d’hypersensibilité

Avant de débuter un traitement par ampicilline, un interrogatoire approfondi est nécessaire afin de rechercher les antécédents de réactions d’hypersensibilité aux pénicillines, aux céphalosporines ou à d’autres bêta-lactamines (voir rubriques 4.3 et 4.8).

Des réactions d’hypersensibilité graves et parfois fatales (dont des réactions anaphylactiques et des réactions indésirables cutanées graves) ont été observées chez des patients traités par pénicillines. La survenue de telles réactions est plus probable chez les patients ayant des antécédents d’hypersensibilité à la pénicilline et chez les personnes atteintes d’atopie. La survenue de toute manifestation allergique impose l’arrêt du traitement par ampicilline et la mise en œuvre d’un autre traitement adapté.

Micro-organismes non sensibles

L’ampicilline n’est pas adaptée au traitement de certains types d’infections sauf si le pathogène est déjà documenté et connu comme étant sensible à l’ampicilline, ou s’il y a une très grande probabilité que le pathogène y soit sensible (voir rubrique 5.1). Ceci concerne en particulier le traitement de patients ayant des infections urinaires et des infections sévères de l’oreille, du nez et de la gorge.

Encéphalopathie

Les bêtalactamines exposent au risque d’encéphalopathie (confusion, troubles de la conscience, épilepsie, ou mouvements anormaux) et, particulièrement, en cas de surdosage ou d’insuffisance rénale.

Insuffisance rénale

Chez les patients insuffisants rénaux, la dose doit être adaptée selon le degré d’insuffisance rénale (voir rubrique 4.2).

Réactions cutanées

L’apparition en début de traitement d’un érythème généralisé fébrile, associé à des pustules, peut être le symptôme d’une pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG) (voir rubrique 4.8). Cette réaction impose l’arrêt de l’ampicilline et contre-indique toute administration ultérieure de ce médicament.

L’ampicilline doit être évitée en cas de suspicion de mononucléose infectieuse car la survenue d’une éruption morbilliforme a été associée à cette pathologie après l’utilisation d’ampicilline.

Prolifération de micro-organismes non-sensibles

Une utilisation prolongée peut entraîner occasionnellement la prolifération d’organismes non- sensibles.

Colites associées aux antibiotiques

Des colites associées aux antibiotiques, ont été rapportées avec presque tous les agents antibactériens : leur sévérité est variable, de légère à menaçant le pronostic vital (voir rubrique 4.8). Par conséquent, il est important d’envisager ce diagnostic chez les patients présentant des diarrhées pendant ou après l’administration de tout antibiotique. En cas de survenue de colite associée à un antibiotique, la prise d’ampicilline doit immédiatement être arrêtée, un médecin devra être consulté et un traitement approprié devra être instauré. Les médicaments inhibant le péristaltisme sont contre-indiqués dans cette situation.

Traitement prolongé

En cas de traitement prolongé, il est recommandé de surveiller régulièrement les fonctions organiques, en particulier les fonctions rénale, hépatique et hématopoïétique. Une élévation des enzymes hépatiques et des modifications dans la numération sanguine ont été rapportées (voir rubrique 4.8).

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Association déconseillée

+ Méthotrexate

Augmentation des effets et de la toxicité hématologique du méthotrexate : inhibition de la sécrétion tubulaire rénale du méthotrexate par les pénicillines.

Associations à prendre en compte

+ Allopurinol

Risque accru de réactions cutanées.

+ Mycophenolate mofetil

Diminution des concentrations de l’acide mycophénolique d’environ un tiers, avec risque potentiel de baisse d’efficacité.

Problèmes particuliers du déséquilibre de l'INR

De nombreux cas d'augmentation de l'activité des anticoagulants oraux ont été rapportés chez des patients recevant des antibiotiques. Le contexte infectieux ou inflammatoire marqué, l'âge et l'état général du patient apparaissent comme des facteurs de risque. Dans ces circonstances, il apparaît difficile de faire la part entre la pathologie infectieuse et son traitement dans la survenue du déséquilibre de l'INR. Cependant, certaines classes d'antibiotiques sont davantage impliquées: il s'agit notamment des fluoroquinolones, des macrolides, des cyclines, du cotrimoxazole et de certaines céphalosporines.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Un nombre modéré de données chez la femme enceinte (entre 300 et 1 000 grossesses) n'a mis en évidence aucun effet malformatif, ni toxique pour le fœtus ou le nouveau-né.

Les études effectuées chez l'animal n'ont pas mis en évidence de toxicité sur la reproduction (voir rubrique 5.3).

La prescription d'ampicilline peut être envisagée pendant la grossesse, si nécessaire.

Allaitement

L’ampicilline est excrétée dans le lait maternel avec un risque possible de sensibilisation, diarrhées ou infection fongique des muqueuses chez le nourrisson allaité. Ces effets peuvent nécessiter l’arrêt de l’allaitement. L’ampicilline ne peut être utilisée pendant l’allaitement qu’après évaluation du rapport bénéfice/risque.

Fertilité

Des études sur l'animal ont montré des troubles réversibles de la spermatogenèse (voir rubrique 5.3). Aucune donnée clinique n’est disponible.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Ce médicament peut avoir une influence importante sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines notamment du fait de la survenue possible d’encéphalopathie.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Les effets indésirables identifiés dans les études cliniques et depuis la commercialisation de l’ampicilline sont mentionnés ci-dessous selon la classification MedDRA par système-organe.

La terminologie suivante est utilisée pour classer les effets indésirables en fonction de leur fréquence:

Très fréquent (≥ 1/10)

Fréquent (≥1/100 à < 1/10)

Peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100)

Rare (≥1/10 000 à <1/1 000)

Très rare (< 1/10 000)

Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

Affections hématologiques et du système lymphatique

Fréquence indéterminée

Éosinophilie, anémie, leucopénie, thrombopénie réversible

Affections du système immunitaire

Fréquence indéterminée

Hypersensibilité, choc anaphylactique

Affections du système nerveux

Fréquence indéterminée

Encéphalopathie*)

Affections gastro-intestinales

Fréquence indéterminée

Nausées, vomissements, diarrhée, candidose, entérocolite pseudomembraneuse

Affections du rein et des voies urinaires

Fréquence indéterminée

Néphrite interstitielle aiguë

Affections hépatobiliaires

Fréquence indéterminée

Augmentation modérée et transitoire des transaminases sériques

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquence indéterminée

Urticaire, rash, prurit, œdème de Quincke, rash maculopapuleux, pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG), syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, érythème multiforme

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquence indéterminée

Gêne respiratoire

* Les bêtalactamines exposent au risque d'encéphalopathie (confusion, troubles de la conscience, épilepsie, ou mouvements anormaux) et, particulièrement, en cas de surdosage ou d'insuffisance rénale.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Les symptômes de surdosage sont dans leur majorité en accord avec le profil des effets secondaires (voir rubrique 4.8).

Les bêtalactamines exposent au risque d'encéphalopathie (confusion, troubles de la conscience, épilepsie, ou mouvements anormaux) et, particulièrement, en cas de surdosage ou d'insuffisance rénale.

Mesures thérapeutiques à prendre en cas de surdosage. Il n’existe pas d’antidote spécifique en cas de surdosage. Le traitement comprendra des mesures thérapeutiques avec une surveillance particulière de l’équilibre hydro-électrolytique.

L’ampicilline peut être éliminée par hémodialyse.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique :, pénicillines à large spectre , code ATC : J01CA01.

SPECTRE D’ACTIVITE ANTI-BACTERIENNE

Les concentrations critiques séparent les souches sensibles des souches de sensibilité intermédiaire et ces dernières, des résistantes :

S ≤ 4 mg/l et R > 16 mg/l

La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour certaines espèces. Il est donc utile de disposer d’informations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement d’infections sévères. Ces données ne peuvent apporter qu’une orientation sur les probabilités de la sensibilité d’une souche bactérienne à cet antibiotique.

Lorsque la variabilité de la prévalence de la résistance en France est connue pour une espèce bactérienne, elle est indiquée dans le tableau ci- dessous

Catégories

Fréquence de résistance acquise en France (> 10%) (valeurs extrêmes)

ESPÈCES SENSIBLES

Aérobies à Gram positif

Corynebacterium diphtheriae

Enterococcus faecalis

Erysipelothrix rhusiopathiae

Listeria monocytogenes

Nocardia asteroïdes

50 - 80 %

Streptococcus

Streptococcus pneumoniae

30 - 70 %

Aérobies à Gram négatif

Bordetella pertussis

Eikenella

Escherichia coli

30 - 50 %

Haemophilus influenzae

20 - 35 %

Haemophilius para-influenzae

10 – 20 %

Neisseria gonorrhoeae

0 - 50 %

Neisseria meningitidis

Pasteurella multocida

Proteus mirabilis

10 - 40 %

Salmonella

0 - 40 %

Shigella

0 - 30 %

Streptobacillus moniliformis

Vibrio cholerae

Anaérobies

Actinomyces

Clostridium

Fusobacterium

Peptostreptococcus

Porphyromonas

Prevotella

60 - 70 %

Propionibacterium acnes

Autres

Bartonella

Borrelia

Leptospira

Treponema

ESPÈCES MODÉRÉMENT SENSIBLES

(in vitro de sensibilité intermédiaire)

Aérobies à Gram positif

Enterococcus faecium

40 - 80 %

ESPÈCES RÉSISTANTES

Aérobies à Gram positif

Staphylococcus

Aérobies à Gram négatif

Acinetobacter

Alcaligenes

Branhamella catarrhalis

Citrobacter freundii

Citrobacter koseri

Campylobacter

Enterobacter

Klebsiella

Legionella

Morganella morganii

Proteus rettgeri

Proteus vulgaris

Providencia

Pseudomonas

Serratia

Yersinia enterocolitica

Anaérobies

Bacteroides fragilis

Autres

Chlamydia

Coxiella

Mycobacterium

Mycoplasma

Rickettsia

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Distribution :

· Après injection intramusculaire de 1 g, le pic sérique est d'environ 15 à 18 mcg/ml et est atteint en 1 heure environ.

· Après injection intraveineuse de 0,50 g, le pic sérique est d'environ 50 mcg/ml.

· Chez le sujet dont les fonctions rénales sont normales, la demi-vie est de une heure en moyenne

· Diffusion dans la plupart des tissus et milieux biologiques: présence d'antibiotique à taux thérapeutiques constatée dans les sécrétions bronchiques, les sinus, le liquide amniotique, la salive, l'humeur aqueuse, le L.C.R., les séreuses, l'oreille moyenne.

· L'ampicilline passe dans le lait maternel.

· Taux de liaison aux protéines: de l'ordre de 20 pour cent.

Biotransformation :

· L'ampicilline n'est pratiquement pas métabolisée dans l'organisme.

Élimination :

· L'élimination se fait principalement dans les urines (75 pour cent) sous forme active (70 à 80 pour cent).

· 20 pour cent environ de l'ampicilline sont éliminés dans la bile.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les résultats des études de toxicité chronique n’indiquent la survenue possible chez l’homme d’effets indésirables inconnus jusque-là.

Des tests de génotoxicité n’ont pas mis en lumière d’indications pertinentes quant à un potentiel mutagène ou clastogène de l’ampicilline. Il n’existe pas d’étude à long terme sur le potentiel carcinogène.

Des études d’embryotoxicité après administration intraveineuse chez le rat et le lapin n’ont mis en évidence aucun potentiel tératogène ou autres effets prénataux.

Des troubles réversibles de la spermatogenèse ont été décrits après administration orale d'ampicilline chez le rat à la dose de 40 mg/kg/jour pendant 2 semaines, et le chien à la dose de 200 mg/jour pendant 4 semaines.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Solvant

Eau pour préparations injectables.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé à d’autres médicaments.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans.

Après ouverture/reconstitution le produit doit être utilisé immédiatement.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Pas de précaution particulière de conservation.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

· Flacon (verre) de poudre + ampoule (verre) de solvant. Boite de 1 ou de 25 flacon(s) + ampoule(s).

· Flacon (verre) de poudre. Boîte de 25 flacons de poudre.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

PANPHARMA

ZI DU CLAIRAY

35133 LUITRE

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

· 328 263-1 ou 34009 328 263 1 5: 1 flacon (verre) + 1 ampoule (verre).

· 555 965-7 ou 34009 555 965 7 8 25 flacons (verre) + 25 ampoules (verre).

· 333 735-5 ou 34009 333 735 5 9 500 mg de poudre en flacon (verre) coffret de 25.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION  Retour en haut de la page

8 juillet 1985

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste I.


Retour en haut de la page Retour en haut de la page

 
Plan du site |  Accessibilité |  Contact |  Téléchargement |  Service-Public.fr |  Legifrance |  Gouvernement.fr