Logo du ministère des affaires sociale et de la santé

Base de données publique
des médicaments

Visiter [medicaments.gouv.fr] Visiter [medicaments.gouv.fr]

Sommaire

Onglet fiche informationOnglet résumé des caractéristiques du produitOnglet notice patient
 

ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml, suspension injectable en seringue préremplie. Vaccin de l'hépatite B (ADNr), (adsorbé) (VHB) - Résumé des caractéristiques du produit

Imprimer le document

ANSM - Mis à jour le : 03/07/2018

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml, suspension injectable en seringue préremplie

Vaccin de l’hépatite B (ADNr), (adsorbé) (VHB)

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

1 dose (1 ml) contient :

Antigène de surface de l’hépatite B 1,2.................................................................... 20 microgrammes

1 adsorbé sur de l’hydroxyde d’aluminium hydraté Total : 0,50 milligramme Al3+

2 produit dans des cellules de levures (Saccharomyces cerevisiae) par la technique de l’ADN recombinant

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Suspension injectable en seringue préremplie.

La suspension est blanche trouble.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml est indiqué pour l'immunisation active contre l'infection provoquée par le virus de l'hépatite B (VHB) causée par tous les sous-types connus chez les sujets non immunisés de 16 ans et plus. Les populations devant être immunisées sont déterminées sur la base des recommandations officielles.

La survenue d’une hépatite D devrait être prévenue du fait de l’immunisation par ENGERIX B, l’hépatite D (provoquée par le virus delta) n’apparaissant pas en l’absence d’infection par le virus de l’hépatite B.

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

Dosage

ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml est destiné aux sujets âgés de 16 ans et plus.

ENGERIX B 10 microgrammes/0,5 ml est destiné aux sujets jusqu’à l’âge de 15 ans inclus.

Cependant, chez les sujets âgés de 11 à 15 ans inclus, ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml peut être aussi utilisé, avec un schéma 2 doses, dans les cas où il n’existe qu’un faible risque d’infection par le virus de l’hépatite B durant la période de vaccination et si l’observance au schéma complet de vaccination peut être assurée (voir ci-dessous et rubrique 5.1).

Schéma de primovaccination

· Sujets âgés de 16 ans et plus :

Deux schémas de primovaccination peuvent être proposés :

Un schéma, avec injection à 0, 1, et 6 mois qui confère une protection optimale au 7ème mois et produit une concentration en anticorps élevée.

Un schéma accéléré, avec injection à 0, 1 et 2 mois, qui confère une protection plus rapide, et doit permettre une meilleure compliance du sujet. Avec ce schéma, une quatrième dose doit être administrée au 12ème mois pour assurer une protection à long terme puisque la concentration en anticorps après la 3ème dose est plus faible que celle obtenue avec le schéma 0, 1 et 6 mois.

· Sujets âgés de 18 ans et plus :

Dans des circonstances exceptionnelles, lorsqu'une immunité encore plus rapide est nécessaire, comme par exemple pour un voyageur se rendant dans des zones de haute endémicité, et qui commence un schéma de vaccination contre l'hépatite B dans le mois précédent le départ, un schéma de 3 injections intramusculaires pratiquées à 0, 7 et 21 jours peut être proposé. Lorsque ce schéma est appliqué, une dose de rappel est recommandée 12 mois après la première injection.

· Sujets âgés de 11 à 15 ans inclus :

Chez les sujets âgés de 11 à 15 ans inclus, ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml peut être administré selon un schéma 0, 6 mois. Cependant, dans ce cas, la protection contre l’hépatite B peut n’être obtenue qu’après la deuxième dose (voir rubrique 5.1). Ainsi, ce schéma doit être utilisé seulement lorsque le risque d’infection par le virus de l’hépatite B durant la période de vaccination est faible et lorsque le respect du schéma à 2 injections peut être assuré. Si ces deux conditions ne peuvent pas être assurées (par exemple patients hémodialysés, voyageurs en régions endémiques et personnes en contact étroit avec des sujets infectés), le schéma à 3 doses ou le schéma accéléré avec ENGERIX B 10 microgrammes/0,5 ml doit être utilisé.

· Patients insuffisants rénaux incluant les patients hémodialysés de 16 ans et plus :

Le schéma de primovaccination pour les patients qui souffrent d’une insuffisance rénale incluant les patients hémodialysés, est de quatre doubles doses (2 x 20 microgrammes) à 0, 1, 2 et 6 mois après la 1ère dose. Le schéma d’immunisation doit être adapté pour assurer une concentration d’anticorps anti-HBs supérieure ou égale au niveau protecteur admis de 10 UI/l.

· Exposition avérée ou supposée au virus de l’hépatite B :

Dans des circonstances où l’exposition au virus de l’hépatite B est récente (par exemple : piqûre avec une aiguille contaminée), la première dose d’ENGERIX B peut être administrée simultanément avec des immunoglobulines anti-hépatite B qui doivent cependant être administrées en un site d’injection séparé (voir rubrique 4.5). Le schéma de primo vaccination 0, 1, 2 et 12 mois doit être préféré.

Ces schémas d'immunisation peuvent être adaptés pour tenir compte des recommandations de politique nationale.

Dose de Rappel

Les données actuelles ne justifient pas la nécessité d’une dose de rappel chez les sujets sains ayant reçu un schéma complet de primovaccination (Lancet 2000, 355 :561). Cependant chez des sujets immunodéprimés comme les patients insuffisants rénaux, les patients hémodialysés, les patients VIH positifs), des rappels devront être administrés pour maintenir une concentration d’anticorps anti-HBs supérieure ou égale au niveau protecteur admis de 10 UI/l. Pour ces sujets immunodéprimés, il est recommandé de contrôler le statut post-vaccinal tous les 6-12 mois.

Les recommandations nationales sur la vaccination de rappel doivent être prises en considération.

Interchangeabilité des vaccins contre l’hépatite B

Voir rubrique 4.5.

Mode d’administration

ENGERIX B doit être injecté par voie intramusculaire dans la région deltoïdienne.

Exceptionnellement, le vaccin peut être administré par voie sous-cutanée chez des patients ayant une thrombocytopénie ou chez des patients sujets à des hémorragies.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

ENGERIX B ne doit pas être administré chez des sujets présentant une hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 ou des sujets ayant présenté des signes d’hypersensibilité lors d’une administration précédente d’ENGERIX B.

Comme pour les autres vaccins, l’administration d’ENGERIX B doit être différée chez les sujets souffrant de maladies fébriles sévères aiguës. La présence d’une infection mineure n’est cependant pas une contre-indication à la vaccination.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Une syncope (évanouissement) peut survenir après toute vaccination, voire même avant, en particulier chez les adolescents, comme réaction psychogène à l’injection avec une aiguille. Ceci peut s’accompagner de plusieurs signes neurologiques comme un trouble transitoire de la vision, des paresthésies et des mouvements tonico-cloniques des membres durant la phase de récupération. Il est important que des mesures soient mises en place afin d’éviter des blessures en cas d’évanouissement.

Etant donné la longue période d'incubation de l'hépatite B, il est éventuellement possible que l'infection, non reconnue, soit présente au moment de la vaccination. Dans de tels cas, il se peut que la vaccination soit sans effet sur le développement de l'hépatite B.

Le vaccin ne protège pas contre l'infection provoquée par d'autres pathogènes connus du foie tels que les virus de l’hépatite A, C et E.

Comme pour tous les vaccins, une réponse immunitaire protectrice peut ne pas être obtenue chez tous les sujets vaccinés.

Il a été observé que certains facteurs réduisent la réponse immunitaire aux vaccins contre l’hépatite B. Ces facteurs incluent l’âge avancé, le sexe masculin, l’obésité, le tabagisme, la voie d’administration et certaines maladies chroniques sous-jacentes. Un test sérologique devra être envisagé chez ces sujets à risque de ne pas être séroprotégés après un schéma complet de vaccination par ENGERIX B. Des doses supplémentaires peuvent être envisagées chez les sujets ne répondant pas ou répondant moins bien après un schéma de primovaccination.

Les patients présentant une hépatopathie chronique ou une infection à VIH ou les porteurs du virus de l’hépatite C ne doivent pas être écartés d'une vaccination contre l'hépatite B. Le vaccin peut être recommandé dans la mesure où l’infection par le virus de l’hépatite B peut être sévère chez ces patients : la vaccination contre l'hépatite B doit donc être considérée au cas par cas par le médecin.

Chez les patients infectés par le VIH et aussi chez les patients insuffisants rénaux incluant les patients hémodialysés et les patients ayant un déficit immunitaire, une concentration suffisante en anticorps anti-HBs peut ne pas être obtenue après le schéma de primovaccination; chez ces patients des administrations répétées du vaccin sont donc recommandées.

ENGERIX B ne doit pas être administré dans le muscle fessier ou par voie intradermique, ces modes d'administration pouvant entraîner une réponse immunitaire plus faible.

ENGERIX B ne doit jamais être administré par voie intravasculaire.

Comme pour tous les vaccins injectables, il est recommandé de toujours disposer d’un traitement médical approprié en cas d’une éventuelle réaction anaphylactique suivant l’administration du vaccin.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

L’administration simultanée d’ENGERIX B et d’une dose standard d’immunoglobulines anti-hépatite B ne conduit pas à une concentration en anticorps anti-HBs moins élevée à condition qu’ils soient administrés en des sites d’injection séparés.

ENGERIX B peut être utilisé en même temps que le vaccin BCG, les vaccins contre l’hépatite A, la poliomyélite, la rougeole, les oreillons, la rubéole, la diphtérie, le tétanos.

ENGERIX B peut être utilisé en même temps que le vaccin contre le Papillomavirus Humain (HPV).

L’administration concomitante d’ENGERIX B et de Cervarix (vaccin contre le HPV) n’a montré aucune interférence cliniquement significative sur la réponse en anticorps vis-à-vis des antigènes HPV. La moyenne géométrique des concentrations en anticorps anti-HBs a été plus faible lors de l’administration simultanée, mais la signification clinique de cette observation n’est pas connue étant donné que les taux de séroprotection sont restés inchangés. Le pourcentage de sujets ayant atteint une concentration en anticorps anti-HBs ≥ 10mUI/ml a été de 97,9% lors de la vaccination concomitante et de 100% lors de la vaccination par ENGERIX B seul.

Ces différents vaccins injectables doivent toujours être administrés dans des sites d’injection différents.

ENGERIX B peut être utilisé pour compléter un schéma de primovaccination commencé avec un vaccin contre l’hépatite B dérivé du sang ou produit par génie génétique, ou si une dose de rappel doit être administrée, il peut être administré à des sujets ayant été primovaccinés avec un vaccin contre l’hépatite B dérivé du plasma, ou produit par génie génétique.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

L'effet de l'AgHBs sur le développement fœtal n'a pas été évalué.

Cependant, comme pour tous les vaccins viraux inactivés, des effets néfastes chez le fœtus ne sont pas attendus. ENGERIX B ne doit être utilisé chez la femme enceinte que s’il est jugé clairement nécessaire, les avantages escomptés devant l’emporter par rapport aux risques éventuels pour le fœtus.

Allaitement

L'effet sur les nourrissons allaités de l’administration d’ENGERIX B à leur mère n'a pas été étudié dans des études cliniques puisque l’information concernant l’excrétion dans le lait maternel n’est pas disponible.

Aucune contre-indication n’a été déterminée.

Fertilité

ENGERIX B n’a pas été évalué dans des études de fertilité.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Certains effets indésirables mentionnés dans la rubrique 4.8 peuvent avoir un effet sur la capacité à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Résumé du profil de sécurité

Le profil de sécurité présenté ci-dessous est basé sur des données provenant de 5 329 sujets suivis au cours de 23 études cliniques.

La formulation actuelle d’ENGERIX B ne contient pas de thiomersal (un composé organomercuriel).

Les effets indésirables ci-après ont été rapportés après l’utilisation de la formulation du vaccin avec ou sans thiomersal.

Dans une étude clinique conduite avec la formulation actuelle (formulation sans thiomersal), l’incidence de douleur, rougeur, gonflement, fatigue, gastroentérite, maux de tête et fièvre était comparable à celle observée au cours des essais cliniques réalisés avec les précédentes formulations de vaccin contenant du thiomersal.

Liste des effets indésirables

Les fréquences par dose sont définies comme suit :

Très fréquent : (>1/10)

Fréquent : (>1/100 et <1/10)

Peu fréquent : (>1/1 000 et <1/100)

Rare : (>1/10 000 et < 1/1 000)

Très rare : (<1/10 000)

Système classe organe

Fréquence

Effets indésirables

Essais cliniques

Affections hématologiques et du système lymphatique

Rare

Lymphadénopathie

Trouble du métabolisme et de la nutrition

Fréquent

Perte d’appétit

Affections psychiatriques

Très fréquent

Irritabilité

Affections du système nerveux

Fréquent

Somnolence, céphalées

Peu fréquent

Sensations vertigineuses

Rare

Paresthésies

Affections gastro-intestinales

Fréquent

Symptômes gastro-intestinaux (tels que : nausées, vomissements, diarrhées, douleurs abdominales)

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Rare

Urticaire, prurit, éruption cutanée

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Peu fréquent

Myalgie

Rare

Arthralgie

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquent

Douleur et rougeur au site d’injection, fatigue

Fréquent

Fièvre (³ 37,5°C), malaise, gonflement au site d’injection, réactions au site d’injection (comme une induration)

Peu fréquent

Syndrome pseudo-grippal

Surveillance post-commercialisation

Infections et infestations

Méningite

Affections hématologiques et du système lymphatique

Thrombocytopénie

Affections du système immunitaire

Anaphylaxie, réactions allergiques incluant des réactions anaphylactoïdes et pseudo maladie sérique

Affections du système nerveux

Encéphalite, encéphalopathie, convulsions, paralysie, névrite (y compris syndrome de Guillain-Barré, névrite optique et sclérose en plaques), neuropathie, hypoesthésie

Affections vasculaires

Vascularite, hypotension

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Erythème polymorphe, œdème de Quincke, lichen plan

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Arthrite, faiblesse musculaire

Un essai comparatif chez des sujets âgés de 11 à 15 ans inclus a montré que l’incidence des symptômes sollicités locaux et généraux rapportés avec un schéma deux doses d’ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml était similaire à celle rapportée avec un schéma à trois doses d’ENGERIX B 10 microgrammes/0,5 ml.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Des cas de surdosage ont été rapportés pendant la surveillance post-commercialisation. Les événements indésirables rapportés après surdosage ont été similaires à ceux rapportés après administration d’une dose habituelle de vaccin.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : vaccin contre l’hépatite B, code ATC : J07BC01.

Mécanisme d’action

ENGERIX B induit la production d'anticorps d’origine humorale spécifiques contre l'AgHBs (anticorps anti-HBs). Une concentration en anticorps anti-HBs supérieure ou égale à 10 UI/l est considérée comme protectrice vis-à-vis de l’infection par le virus de l’hépatite B.

Effets pharmacodynamiques

Des études d'efficacité ont montré que le taux de protection est compris entre 95 % et 100 % chez les nouveau-nés, les nourrissons, les enfants et les adultes à risque.

· Sujets sains âgés de 16 ans et plus :

Le tableau ci-dessous résume les taux de séroprotection (c’est-à-dire le pourcentage de sujets ayant une concentration en anticorps anti-HBs ≥ 10 UI/l) obtenus lors des essais cliniques avec ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml, administrés selon les différents schémas mentionnés dans la rubrique 4.2 :

Population

Schéma de vaccination

Taux de séroprotection

Sujets sains de 16 ans et plus

0, 1, 6 mois

7ème mois : ≥ 96 %

0, 1, 2 -12 mois

1ermois : 15 %

3ème mois : 89 %

13ème mois : 95,8 %

Sujets sains de 18 ans et plus

0, 7, 21 jours – 12 mois

28ème jour : 65,2 %

2ème mois : 76 %

13èmemois : 98,6 %

Les données du tableau ci-dessus sont issues d’études réalisées avec des vaccins contenant du thiomersal. Dans deux études cliniques additionnelles la formulation actuelle d’ENGERIX B, qui ne contient pas de thiomersal, induit des taux de séroprotection similaires à ceux obtenus avec les précédentes formulations d’ENGERIX B, contenant du thiomersal, chez des enfants et des adultes sains.

· Sujets sains âgés de 11 à 15 ans inclus :

Le taux de séroprotection avec les deux différents dosages et 2 schémas de vaccination autorisés chez les sujets âgés de 11 à 15 ans inclus ont été évalués jusqu’à 66 mois après la première dose de la primo-vaccination et sont présentés dans le tableau ci-dessous (cohorte ATP pour l’efficacité) :

Schéma de vaccination

Mois après la première dose de vaccination

2

6

7

30

42

54

66

Taux de séroprotection

ENGERIX B 10 microgrammes/0,5 ml

(Mois : 0, 1, 6)

55,8 %

87,6 %

98,2 %*

96,9 %

92,5 %

94,7 %

91,4 %

ENGERIX B 20 microgrammes/ 1 ml

(Mois : 0, 6)

11,3 %

26,4 %

96,7 %*

87,1 %

83,7 %

84,4 %

79,5 %

* Au 7ème mois, 97,3% et 88,8% des sujets âgés de 11 à 15 ans vaccinés par ENGERIX B 10 microgrammes/0,5 ml (schéma 0, 1, 6 mois) ou ENGERIX B 20 microgrammes/1 ml (schéma 0, 6 mois) respectivement présentaient une concentration en anticorps anti-HBs supérieure ou égale à 100 mUI/ml. Les Moyennes Géométriques des Concentrations en anticorps (MGC) étaient respectivement de 7 238 mUI/ml et 2 739 mUI/ml.

Dans les deux groupes de vaccination, tous les sujets (N=74) ont reçu une dose de rappel 72 à 78 mois après la primo-vaccination. Un mois après, tous les sujets ont présenté une réponse anamnestique, avec des MGC augmentées de 108 et 95 fois entre avant et après la dose de rappel, pour les schémas de primo-vaccination à 2 et 3 doses respectivement. Tous les sujets étaient séroprotégés. Ces données suggèrent qu’une mémoire immunitaire a été induite chez tous les sujets ayant répondu à la primo-vaccination même ceux qui ensuite n’étaient plus séroprotégés au 66ème mois.

· Patients insuffisants rénaux incluant patients hémodialysés :

Les taux de séroprotection ont été évalués, 3 et 7 mois après la première dose du schéma de primo-vaccination, chez des sujets âgés de 16 ans et plus, insuffisants rénaux dont des patients hémodialysés. Les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Age (ans)

Schéma de vaccination

Taux de séroprotection

16 ans et plus

0, 1, 2, 6 mois

(2 x 20 µg)

3ème mois : 55,4 %

7ème mois : 87,1 %

· Patients avec un diabète de type II :

Les taux de séroprotection ont été évalués un mois après la dernière dose du schéma de primo-vaccination chez des sujets âgés de 20 ans et plus, avec un diabète de type II et sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Age (ans)

Schéma de vaccination

Taux de séroprotection au 7ème mois

20-39

0, 1, 6 mois

(20 µg)

88,5 %

40-49

81,2 %

50-59

83,2 %

³ 60

58,2 %

· Réduction de l'incidence des carcinomes hépatocellulaires chez les enfants :

Un lien clair a été démontré entre l'infection par le virus de l'hépatite B et la survenue de carcinome hépatocellulaire. La prévention de l'hépatite B par vaccination entraîne une réduction de l'incidence de carcinome hépatocellulaire, comme cela a été observé à Taiwan, chez des enfants âgés de 6 à 14 ans.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Sans objet.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les données de sécurité précliniques satisfont aux exigences de l’OMS.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Chlorure de sodium,

Phosphate disodique dihydraté,

Phosphate monosodique

Eau pour préparations injectables.

Pour les adsorbants, voir rubrique 2.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

A conserver au réfrigérateur (entre 2°C et 8°C).

Ne pas congeler. Jeter si le vaccin a été congelé.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

1 ml de suspension en seringue préremplie (verre de type I) - boîtes de 1, 10 et 25.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Lors de sa conservation, le contenu peut présenter un fin dépôt blanc avec un surnageant limpide et incolore. Après agitation, le vaccin est légèrement opaque.

Le vaccin doit être inspecté visuellement pour mettre en évidence la présence de particules étrangères et/ou coloration avant administration. Jeter si le contenu est différent.

Le contenu du récipient mono-dose doit être vidé entièrement et utilisé immédiatement.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

LABORATOIRE GLAXOSMITHKLINE

23, RUE FRANCOIS JACOB

92500 RUEIL-MALMAISON

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

· 34009 351 669 0 6 : 1 ml de suspension en seringue backstop préremplie (verre) – boîte de 1.

· 34009 300 716 0 1 : 1 ml de suspension en seringue backstop préremplie (verre)- boîte de 10

· 34009 562 065 8 2 : 1 ml de suspension en seringue backstop préremplie (verre) – boîte de 25

· 34009 300 716 2 5 : 1 ml de suspension en seringue backstop préremplie (verre)- boîte de 1 sans aiguille.

· 34009 300 716 3 2 : 1 ml de suspension en seringue backstop préremplie (verre)- boîte de 10 sans aiguille.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Médicament non soumis à prescription médicale.


Retour en haut de la page Retour en haut de la page

 
Plan du site |  Accessibilité |  Contact |  Téléchargement |  Service-Public.fr |  Legifrance |  Gouvernement.fr